Le bon déroulement d'une étape pour un CR d'un SEM nécessite qu'une stratégie admissible puisse être trouvée et mise en œuvre sur son paysage (même si, ultérieurement, elle s'avère inadaptée). On dira qu'il y a une fracture pour le CR si son étape en cours est interrompue, soit par blocage des agents lorsqu'aucune stratégie n'est admissible, soit par impossibilité de poursuivre l'effectuation de la stratégie choisie. Il faudra alors qu'une nouvelle stratégie soit adoptée, éventuellement par intervention d'un autre CR pour réparer la situation (exemple: déclenchement du système supramoléculaire SOS (Radman 1975) pour reprendre la réplication de l'ADN d'une bactérie, interrompue par suite de trop d'erreurs). Si la fracture persiste pendant plusieurs périodes, il y aura dyschronie pour le CR. 

Causes de fractures

Les fractures peuvent résulter de contraintes externes au CR, en particulier venant de la compétition entre les différents CR du SEM via le jeu des stratégies. Elles peuvent aussi provenir de facteurs temporels rendant difficile ou impossible le choix d'une stratégie adaptée, en particulier à cause de délais de propagation trop longs ou d'empans de stabilité trop courts, ces deux facteurs agissant en synergie. Parmi ces causes::

1. Transmission trop lente des informations, surtout si les objets qu'elles concernent sont instables: autrement dit, les délais de propagation des liens arrivant aux agents sont trop longs ou les empans de stabilité trop courts (lettre arrivant trop tard, stock épuisé au moment d'une commande).

2. Difficulté dans le recours à la mémoire, par suite de délais de propagation trop longs entre agents et mémoire, allant jusqu'à une impossibilité d'y accéder (documents mal archivés);

3. Concertation trop lente entre les agents, si les délais de propagation de leurs liens distingués sont trop longs et rendent difficile le choix d'une stratégie commune, en particulier si certains agents appartiennent aussi à d'autres CR ayant des intérêts plus ou moins opposés (assemblée n'arrivant pas à une décision).

4. Commandes vers les effecteurs rendues inefficaces par suite de trop longs délais de propagation ou par suite de changements dans leurs organisations internes se traduisant par un raccourcissement des empans de stabilité. Dans ces cas, la stratégie choisie ne pourra pas être exécutée ou le sera mal, d'où risque de fracture, soit pendant l'étape en cours, soit à l'étape suivante.

5. Instabilité globale rendant les délais de propagation et/ou les empans de stabilité trop courts (exemple: emballement de l'économie).  

 

Dyschronies

Une fracture importante, sous l'effet d'une réelle perturbation externe, d'une mauvaise appréhension de la situation globale ou de conflits entre CR, ne pourra pas être réparée à l'étape suivante et entraînera une dyschronie pour le CR, qui risque de se répercuter à d'autres CR. et ne sera surmontée que par intervention externe au CR. Cette intervention pourra être suscitée par le CR (appel au médecin qui donnera des antibiotiques). Elle peut aussi être imposée aux agents, en particulier dans le cas de blocage, que ce blocage soit connu ou non au niveau de ses agents. La réparation pourra faire appel à des stratégies déjà utilisées (par exemple dans une bactérie, le système SOS, cité plus haut, pour permettre la poursuite de la réplication de l'ADN). Mais si la situation est inconnue, de nouvelles stratégies devront être trouvées, conduisant à diverses formes de changements. 

Dé / resynchronisation

Un changement possible est la :modification de la période du CR (par allongement ou raccourcissement selon le cas) pour que ses contraintes structurales temporelles puissent à nouveau être respectées. On parle alors de dé/resynchronisation pour le CR.

Ainsi nous avons montré en 1993 que le vieillissement d'un organisme se manifeste par une cascade de dé/resynchronisations par allongement des périodes à des niveaux de plus en plus élevés, pour neutraliser un allongement des délais de propagation aux niveaux inférieurs causé par une accumulation d'événements stochastiques externes non réparés à temps; ce processus s'arrête lorsque l'instabilité est trop grande (car la période doit rester inférieure à l'empan de stabilité).

Par contre dans les phases de développement, les périodes seront diminuées grâce à la formation d'objets de plus en plus complexes et à la mémorisation de stratégies complexes permettant de réagir de manière plus rapide et efficace à une situation connue. 

Exemple

La situation peut être illustrée par le cas d'une usine dont un atelier fabrique des écrous nécessaires à des chaînes de montage pour la fabrication de machines. Un bref retard dans l'atelier sera facilement compensé dans les jours suivants, avant que les autres services aient épuisé leurs réserves en écrous. Mais si le retard ne peut pas être rattrapé rapidement, disons par suite d'un manque de personnel, la dyschronie de l'atelier se répercutera au niveau des autres services au fur et à mesure de l'épuisement de leurs stocks d'écrous; ceux-ci devront alors ralentir ou même stopper provisoirement leur production (chômage technique). La situation sera débloquée par l'intervention d'autres CR (services du personnel, ou direction), qui pourront embaucher plus de personnels dans l'atelier, ou décider de réorganiser l'usine par automation, ce qui risque d'entraîner ultérieurement des licenciements.